Com'Sissi

Liberté, s’exprimer sur les réseaux sociaux.

Je voulais inaugurer cette catégorie par un sujet léger et sympathique qui me ressemble (du style comédies musicales, ou des pubs mignonnes et rigolotes). Ou bien publier mon premier look dans la catégorie Trucs de Filles, mais l’actualité ne me laisse pas d’autre choix que de prendre mon clavier (adieu la poésie qui nous pousse à prendre la plume) et  coucher ici ma tristesse, surprise, ma colère voire mon dégout pour certaines personnes et certaines pratiques. Bon je vais quand même tenter de nuancer mes propos et y rajouter un peu de cynisme d’humour histoire de ne pas sombrer dans le pathos, on a pas vraiment besoin de ça en ce moment. Ma pensée risque d’être un peu décousue, mais il fallait que ça sorte d’une façon ou d’une autre.

Je vous embrasse d’avance parce que je sens que je vais en perdre deux ou trois en route.

A moins de vivre sur une autre planète et encore vous n’êtes pas sans savoir que de tragiques évènements ont encore secoué la France le 14 juillet dernier. Vous n’êtes pas non plus sans savoir que de tragiques évènements secouent la surface de la planète en fait. On peut le dire sans sourciller : le monde part en vrille (oui oui en Afrique les gens meurent toujours de faim et le Sida est encore là… oui d’autres attentats et attaques ont lieu partout dans le monde… Oui la dictature est toujours d’actu en Corée, tout ça tout ça… Des gens dorment toujours dans la rue et/ou ne mangent pas à leur faim… et la terre ne s’arrête pas de tourner quand la France est touchée, j’en suis consciente).

Mais il est humain d’être beaucoup plus impliqué émotionnellement par quelque chose qui nous concerne directement, qu’un fait qui se passe à l’autre bout de la planète. Et d’ailleurs c’est pas plus mal sinon on ne sourirait jamais plus.

Bon c’est un fait il y a des gens qui décident d’un coup de pédale d’accélérateur de retirer la vie des autres, et je passerai sous silence ma colère, mon dégout et ma véritable façon de penser sur ces ordures… (après réflexion ce serait une insulte aux ordures).

Mais ce qui me fait bondir, ce sont les réactions vues et lues sur les réseaux sociaux, parfois même de mes propres contacts. Notre façon de réagir et d’agir en cas de situation de crise.

Comment, en voyant des corps encore chauds et du sang partout, après avoir survécu ou été témoin de l’indicible, certaines personnes ont comme premier réflexe de sortir leur téléphone portable, non pas pour prévenir les secours, mais bel et bien pour filmer et prendre des photographies ?

Quel plaisir (ou autre sentiment) peut-on éprouver à partager, maintes et maintes fois ces dites photos/vidéos ? Avons-nous vraiment besoin de ces images « choc » pour prendre conscience de l’horreur qui se joue ?

Je me pose réellement toutes ces questions.

Car faisant partie des gens dits « hypersensibles » la seule évocation des faits suffit à me retourner le bide. Alors imaginez un peu l’effet que les images peuvent provoquer…

Se met-on une seconde à la place d’un oncle, grand-père, mère, cousine et j’en passe de cette petite fille dont le corps, à peine recouvert d’un draps, étendu près de sa poupée, a été mitraillé (oui oui j’emploie ce mot exprès) de photos ?

Chères lectrices mamans, mettez-vous deux secondes à la place d’un proche de cette enfant et quelle aurait été votre réaction ?

La Une de Nice Matin qui montre des corps, des draps, du sang. Une mauvaise affiche de catastrophe.

Je m’interroge du coup par la même occasion sur la liberté d’expression

(si chère à nos cœurs lors de l' »épisode » Charlie)

Je suis plutôt du genre à laisser mes contacts réseaux sociaux publier ce qu’ils veulent, avec le nombre de fautes qu’ils veulent et faire abstraction, me concentrer uniquement sur ce que j’ai envie de voir. Mais là c’était trop. Entres les horreurs mondiales quotidiennes (oui j’ai des contacts très ouverts), les horreurs faites sur les animaux (non je ne suis pas amie sur FB avec Brigitte Bardot), le conflit Israélo-palestinien, Charlie, le Bataclan… là j’ai craqué et j’ai donc annoncé que je retirerai temporairement de mon fil d’actualité les personnes ayant un comportement qui heurterait ma hypersensibilité (et pour ne rien vous cacher voici le post en question) :

Chers (ou moins chers) contacts, plus les événements s’enchainent plus les réactions de certains d’entre vous me dégoutent ou me gênent. Pour cette raison j’en ai retiré certains de mon fil d actualité. Quand l’épisode « Nice » sera passé (ne me jettez pas de pierres vous savez comme moi que d’ici 2/3 jours vous vous remettez a partager des petits chats ou a pleurnicher sur vos vies/amies/statut je vais pas bien mais je veux pas le dire) on verra ce qu’il en est. En attendant je n’ai pas besoin/envie de voir les cadavres sur le sol ou vous lire chouiner qu’à 2 ans près ca aurait pu vous arriver. Vous êtes vivants. Eux non. Le monde part en vrille quels que soit la région ou le pays. Enfoncez vous une bonne fois pour toutes dans le crâne que de nos jours un rassemblement est dangereux, aussi festif soit-il. Je suis triste et en colère que ces crétins (doux euphémisme ) soient en liberté mais je suis encore plus en colère contre toutes les conneries que je vois et lis à chaque fois.

Malheur ! Que n’ai je pas fait !

On m’a servit en long en large (et surtout dans mon dos et donc en travers) le couplet sur la liberté d’expression.

Youhou tralala, à quel moment vous ai-je interdit de vous « exprimer » ? Je me suis juste à mon tour exprimée (serpent mords toi la queue qu’on rigole) sur le fait que je ne voulais plus vous voir vous exprimer. NUANCE !

Deuxième version, plus soft et sérieuse : Je n’ai jamais « interdit » à quiconque de publier ce qu’il voulait, j’ai simplement exercé mon droit à ne pas subir des visions/lectures/débats que je n’avais pas envie de voir/lire et j’ai utilisé la même liberté d’expression pour le dire…

Cependant, on est effectivement libres de s’exprimer, de partager et d’avoir accès à autant d’infos qu’on le veut (et parfois trop), mais cela ne nous empêche en aucun cas de s’exprimer de façon intelligente et intelligible, de vérifier ses sources (cf l’affaire du restaurateur de Nice entre autres), de se forger une opinion personnelle et ce parfois en dépit de l’opinion collective (clin d’œil à Théo P.).

Quand j’ai commencé cet article, j’étais moi-même sous le coup de la colère et d’émotions très fortes, c’est terrible ce qu’il se passe. Ce qui est encore plus terrible c’est le sentiment d’impuissance auquel on doit faire face à chaque fois. Aujourd’hui mon fil d’actualité reprend peu à peu son visage normal (petits chats, enfants des unes et des autres, repas/petit-déjeuner, plaintes en tout genre, vacances, Morandinigate) et heureusement j’ai envie de vous dire, parce la vie continue, et la vie est ce qu’on a de plus précieux et il faut la célébrer à chaque instant.

Là baaaaas au Connemara, on dit que la vie c’est une folie… Et que la folie, ça se danse !

Je n’en veux à personne en particulier, même si certain(e)s vont se sentir concerné(e)s, et sauf très très très rare exception ce n’est pas un motif de fâcherie, on a tous nos façons de ragir face aux évènements, certains ont besoin de concrétiser par des images ou adorent se flageller (j’aurai pu y pu y être, ça aurait pu être moi…)

Ma façon à moi d’avancer c’est de vivre encore plus fort pour ceux qui ne peuvent plus !

Pour ceux qui ont tenu jusque là je vous embrasse encore et j’espère vous retrouver très vite pour un sujet plus léger !

Publicités

8 réflexions au sujet de “Liberté, s’exprimer sur les réseaux sociaux.”

    1. Le soucis dans cette phrase c’est qu’elle veut tout et rien dire … Et que chacun l’interprète a sa façon… elle pourrait faire un super sujet de philo d’ailleurs … ca me manque la philo… merci M’man :*

      J'aime

  1. Bravo !!! Non seulement j’ai lu jusqu’au bout mais en plus j’adhère à 200%
    Voir toutes ces images et/ou vidéos m’a complètement retournée et ce dans une période difficile pour moi (ayant perdu récemment un être proche certes de maladie mais ma peine est la même). Je me suis mise à la place des proches de ces familles détruites à jamais et je n’aurais pas aimé voir le corps d’un proche )même couvert) ainsi affiché sur les réseaux sociaux !!!
    Alors merci pour cet article !!

    J'aime

    1. ♡☆ merci Céline ! Et oui même si le contexte est différent tu es sensible au sujet et c’est bien normal. Personne n’aimerai voir le cadavre d’un de ses proches sur les reseaux sociaux ni ailleurs… déjà que ce tueur fou n’avait que peu de respect pour ses victimes tentons de sauvergarder la dignité de nos semblables que ce soit par nos paroles ou nos actes

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s