Dans ma tête, Mon Dressing, Trucs de filles

Vintage or not to be

Cela faisait bien longtemps que l’on avait pas parlé fanfreluches par ici mes Paillettes. et pour cause, en plus de mon absence prolongée , j’ai repris du poids (je ne vous rappelle pas que les salles de sports ont été fermées pendant un petit moment, je vous épargne ma longue maladie et … vive les apéros !) et, par conséquent, mon style a évolué.

Ne voulant pas réinvestir dans des fringues rétro (hors de prix budget) durant ma prise de poids (éphémère puisque j’ai déjà repris mes bonnes habitudes alimentaires et sportives), je suis revenue à un style plus moderne, avec toujours le petit twist qui me caractérise, faut pas déconner non plus.

Est-ce que cela me manque ? Parfois oui. Surtout pour mes habits de fêtes et de lumière. Le côté glamour rétro reste indétrônable à mes yeux.

Dans ma vie de tous les jours ? Si je dois être honnête ? Un peu moins.

J’ai arrêté de me définir par mon style, de me cacher derrière mes fringues. Je m’étais mis beaucoup trop de pression. Je voulais être unique. Et surtout ne pas faire de fautes de style et de goût. Un peu comme avec la nourriture, je devais chercher a combler un truc.

Mais on n’est pas ici pour faire de la psychologie de comptoir, on est là pour se parler franchement non ?

Donc oui, je le confesse, malgré mes envies de bien faire pour la planète, depuis 2 ans, le site asiatique bien connu et caca bouda est devenu mon meilleur allié. Les retours sont gratuits, ils ont un rayon grandes tailles et en plus ils ont un choix assez funky que je ne trouvais pas forcément en boutique locale.

Mais comme dit plus haut, le mot clé est temporaire ! Je n’ai voulu prendre que des habits que je pourrais recaser une fois mon corps redevenu à peu près ce qu’il était (paye tes 35 balais) et surtout des habits que j’ai envie de mettre et remettre a l’infini comme ce combo jupe + top que j’ai porté à de moultes occasions : Mariage. Repas à la plage. Anniversaire. Club de vacances. Parc de loisirs (Astérix pour ne pas le nommer mais j’ai bien envie de vous en faire un article dédié). Et même à la foire de Marseille.

Il est évident que dès que je pourrais de nouveau rentrer dedans, je reporterais bien volontiers mes robes adorées. Mais plus avec la même psychorigidité et volonté de bien faire. Juste pour ce qu’elles sont. Des robes.

retour en 1950 ou en 2016

Pour qui avait suivi mes aventures de « plagiat » vestimentaire mon discours doit vous paraitre bien différent, voire même vous vous dite qu’à l’époque j’avais brassé de l’air pour rien (en cas de canicule appelez Sissi).

Pour celles des Paillettes qui débarquent, vous devez vous dire que je débloque et que ma garde robe ne mérite pas un article… Et que c’est pas bien grave si on s’habille tous pareil…

Mais a cette époque, j’étais indissociable (enfin que je croyais) de mon style. Et je pensais qu’on ne me reconnaissais de qualités que parce que j’étais « atypique ». Donc si tout le monde devenait atypique, nous étions tous pareils…

Voilà pour la petite mise au point, et surtout pour que les gens qui aiment la touche un peu rétro de mon dressing ne soient ni déçus? ni surpris pendant quelques temps !

Je vous embrasse bien fort mes Paillettes, et à tout vite pour le prochain billet « humeur qui sert à rien ».

2 réflexions au sujet de “Vintage or not to be”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s