Dans ma tête

QUAND DISNEY JOUE LA NOSTALGIE

Disney et ses suites. Enfin plus particulièrement 2 suites que j’attendais, et que visiblement nous étions nombreux a attendre. Hocus Pocus et Dischanted (la suite du magique IL ETAIT UNE FOIS qui en anglais s’appelle ENCHANTED). Mais est-ce vraiment une bonne idée ?

Evidemment j’ai vu les 2. Et je vous raconte ! Avec ou sans spoil ? Au moment où j’écris cette intro je ne sais pas encore. Bon d’accord. Pas de spoil.

HOCUS POCUS 2

Le premier film est sorti en 1993. Il est disponible sur Disney + et dans toutes les bonnes DVDthèque (dont la mienne).

Depuis petite, une fois par an, vers Halloween (ou pas) je le regarde.

L’histoire ? 3 sorcières, les sœurs SANDERSON ont décidé de rester jeunes et fraiches, et pour cela n’ont rien trouvé de mieux que d’aspirer l’âme des enfants d’un village pas du tout connu pour la sorcellerie SALEM.

Un soir où elles aspirent l’âme d’une toute petite fille, les villageois les pendent haut et court, et hop elles jettent une malédiction, une histoire d’Halloween, de pleine lune, de bougie à flamme noire toussa toussa ; non sans avoir, au préalable, transformé le frère de la petite en chat noir, qui va être condamné a faire en sorte que personne ne rallume la dite flamme noire pendant des siècles ? T’as suivi ?

Evidemment, quelques siècles plus tard, la flamme va être rallumée… Et hop c’est parti…

Bon qu’on se le dise, on est nombreux à avoir aimé la version de 92, sombre et Disney à la fois.

La scène de pendaison, et la mort de la fillette sont visibles à l’écran*, mais les gentils gagnent à la fin… *D’ailleurs ma Princesse de 10 ans, a eu peur, alors qu’elle regarde des Disney zombies et tout et tout, là c’était trop cru pour elle.

Enfin, que tu crois que les gentils gagnent, parce que visiblement, 30 ans après, elles sont de retour, plus en forme que jamais, dans une version so … 2022... Comprendre, lumineuse, aseptisé et à mon sens COVIDée.

Qu’on se le dise, j’ai attendu ce jour, 30 septembre 2022, depuis le moment de l’annonce, à savoir 2 ans avant…

Mêmes costumes, mêmes actrices, les attentes étaient grandes.

Mon côté nostalgique fait qu’au premier visionnage, j’ai adoré, que j’ai même versé une larmichette et que mon côté collectionneuse fait que si DVD il y a DVD j’achèterais.

L’histoire c’est quoi ?

Au début, sur la partie Historique, on retrouve notre Winifred fêtant ses 16 ans et devant être mariée de force à un bougre du village (qui lui dit qu’elle est moche), du coup elle s’escape en forêt avec ses sœurs, et paf, le mystère de comment elle a eu ses pouvoirs est résolu.

Retour au présent. Un groupe de 3 amies un peu en froid, un soir d’anniversaire et d’Halloween à la fois. Un vendeur un peu fantasque qui tient une boutique de magie dans la chaumière des sœurs Sandersons, et le retour de la bougie à flamme noire. Per contre le chat noir, totalement absent, et on aurait pu apprécier un petit coucou de Dani et Max, les premiers à avoir rencontré le trio infernal.

La traque de la jeunesse éternelle recommence, mais comme elles sont pas trop bêtes elles veulent aussi le pouvoir absolu histoire de ne pas redevenir poussière aulevé du jour. Mais, pour tout pouvoir, il y a un prix à payer.

Bref…

Il y a de jolies références au 1. C’est vraiment une suite, pas juste un 2 pour dire il y a un 2.

Mais…

Après revisionnage avec la Chouquette et la Princesse, je me suis moins régalée, la nostalgie étant passée, je me retrouve devant le film pour ce qu’il est :

Un chouette moment en famille, les filles ont beaucoup aimé, mais un film beaucoup trop lisse. Pas d’enfants morts, pas de transformation en chat, et une fin des plus culculs digne de Disney.

Le tournage en pleine pandémie fait que les scènes de groupes sont limitées et par conséquent les interactions entre les personnages. L’histoire en elle même est pas mal, mais méritait peut-être un peu d’approfondissement.

On en retrouve pas vraiment ce qui fait le succès du premier, et les vies et caractères des personnages principaux (gentils) ne sont pas suffisamment développés pour qu’on ait le temps de s’attacher. Pas sûre que le maire actuel sache qu’il a un lien avec les sorcières, et pourquoi la jeune Becca se retrouve avec des pouvoirs magiques.

Le côté sombre à totalement disparu, en revanche on appréciera les petits gags des sorcières du 17ème découvrant les joies du 21ème.

Et enfin, le petit twist de la dernière scène, nous laisse à penser un numéro 3. J’espère qu’ils attendront encore 30 ans, histoire que j’aie envie de le voir, avec probablement mes petits-enfants ce coup-ci.

DISCHANTED

Alors Il était une fois, un film, que j’avais été voir au cinéma, comme Disney de Noël, dans la pure pure tradition familiale.

C’était notre dernier entre cousines. C’est dire comme je chéris ce moment, et ce film.

D’ailleurs je vous en avez parlé au tout début du blog, dans mon article des 10 dvd chouchous.

Mi film-mi dessin animé, voilà notre Gisèle rêveuse et Naïve, plongée au cour du New York réel, moderne et cynique, attendant que le Prince Charmant ne vienne la secourir. Mais le prince charmant n’est pas celui qu’on croit. Allez bienvenue dans la vraie vie Gisèle d’Andalasia.

On était restés sur un « et ils vécurent heureux, pour toujours »… Lui croyant de nouveau à l’amour et Elle, cheffe d’entreprise et happy belle mum !

Bon, le chat noir étant encore présent, on a eu une coupure internet de presque 3 semaines… Donc en attendant, je m’assois et je pleure… Après je ris très fort… Jaune mais je ris. Ce n’est pas le sujet. Parlons du film !

Je disais donc, après presque 3 semaines après sa sortie, j’ai enfin pu regarde Dischanted… Qui porte bien son nom.

Je m’explique, le premier volet était original, donc là, le mi-dessin animé / mi film, ça sent un peu le réchauffé, mais on s’y attendait.

Ensuite, on est vraiment sur une comédie musicale, d’ailleurs le film se moque du fait que personne ne sait parler sans chanter, mais le hic, c’est que du coup, aucune des chansons n’est un tube et ne reste en tête. On reste sur de l’histoire chantée. Sur le principe j’adore ça donc ça ne m’a pas gêné.

En revanche, le film est looooooooong, plus de 2h, pour un Disney c’est pas terrible, on décroche assez vite malgré les références pas du tout subtiles au monde des contes de fées… De Cendrillon à Raiponce, en passant par la Belle et la Bête, on retrouve des petits clins d’œil au monde des Princesses du monde des Grandes Oreilles.

Mais, pas assez subtil pour créer un scénario original. Et que dire du côté un peu trop exploité de la belle mère … Tous les clichés y passent, du t’es pas ma mère, à une belle mère c’est forcément méchant, et pour le coup je me sens concernée !

Le pitch ? Gisèle et New York ça fait 2, elle embarque donc la petite famille dans un patelin de banlieue. Et là, comme elle est encore Princesse de dessin animés sur les bords, elle fait le vœu que sa vie soit pareille à un ocnte de fées, et ce tous les jours, dans la vraie vie… Vous vous dotez bien que les ennuis ne sont pas très loin ? Qui dit conte de Fées, dit méchante sorcière, et dérives en tous genres…

Bref, ça se regarde, et en famille s’il vous plaît, après tout c’est Noël mais ça ne vaudra jamais le premier !

Allez, il faut l’avouer, mention spéciale pour les décors et les costumes très art déco (et que du coup j’affectionne particulièrement) qui sauvent un peu le tout !

Et vous mes Paillettes vous les avez vu ces suites ? Et les premiers ? Qu’en avez-vous pensé ?

Je vous embrasse et à très vite pour de nouvelles aventures

1 réflexion au sujet de “QUAND DISNEY JOUE LA NOSTALGIE”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s